Des tensions, un conflit avec un pair ? Pourquoi recourir au coaching de binôme ?

Le conseil du coach

 

De la dualité à la complémentarité 

Le désir mimétique de l’autre dont nous parle René Girard nous conduit parfois à le rejeter. Accueillir un conflit comme une opportunité de voir en l’autre les compétences ou les comportements qui vous manquent permet de grandir . Ce sont plus souvent les comportements que nous rejetons. Un tiers pensant, le coach, pourra vous aider à chacun reconnaître en quoi l’autre en conflit peut vous faire grandir respectivement. D’une dualité qui mène à un plus un égal zéro, à deux vous pouvez créer une complémentarité qui vous permettra de créer un nouveau résultat : trois, ou pourquoi pas plus.

RECONNAÎTRE L’AUTRE AVEC SES DIFFÉRENCES

 

De l’opposition au construire ensemble

S’opposer c’est détruire. Les batailles sont parfois nécessaires, mais lorsque nous travaillons dans la même entreprise, elles sont stériles. Un combat entre pairs ne peut que mener à la défaite des deux parties. Une fois reconnues les expertises partagées ou différentes ou les overlap de responsabilités, les comportements mis en jeu pour se protéger sont identifiés avec l’aide du coach et perdent de leur pertinence. Il est en possible de proposer un plan d’actions commun visant aux développements des deux personnes, des deux équipes et donc de l’entreprise.


DÉCONSTRUIRE POUR RECONSTRUIRE !

De la tension héritée au plaisir partagé

Un binôme dysfonctionnel c’est souvent une hiérarchie qui transmet ses tensions. Le travail avec le coach permet de comprendre si la hiérarchie est elle-même en tension, ou si d’autres « pairs » ont intérêt consciemment ou inconsciemment au dysfonctionnement du binôme. L’analyse des enjeux stratégiques ou relationnels au delà du simple binôme permet d’enrichir le plan d’action d’une démarche de co-construction avec d’autres membres du comité exécutif. Par un travail de responsabilisation, l’émergence de tensions multiples et leur résolution permet de favoriser le plaisir du travail ensemble.


CE N’EST PAS LE CHEMIN QUI EST DIFFICILE, C’EST LE DIFFICILE QUI EST LE CHEMIN !